2020 : L’école de santé en profonde mutation

Home / Actualités / 2020 : L’école de santé en profonde mutation

L’école de formation des personnels de santé (campements sahraouis) que nous accompagnons depuis 1992 a connu des changements significatifs durant cette année 2020.

Création d’une équipe locale ERM

Suite à l’évolution des procédures du HCR depuis ces dernières années, ERM s’est retrouvée en difficultés pour assurer un travail administratif complexe et dépassant nos compétences de bénévoles.  Par ailleurs, les exigences du HCR nécessitent un suivi au quotidien. Nos 3 missions annuelles ne suffisent donc plus pour toutes les activités de suivi de projet et de contrôle interne. Jusqu’à ces dernières années, ERM bénéficiait d’un statut particulier avec une grande tolérance liée à notre statut d’association et non d’ONG. Depuis 2018, ERM doit respecter l’ensemble des procédures. Cette exigence s’est trouvée renforcée suite aux audits. Le HCR désirant continuer le partenariat avec ERM nous propose, fin 2019, la création d’une équipe locale.

Lors de notre mission de novembre 2019, la chance est au RV. Une nouvelle secrétaire est arrivée à l’école et est largement sous-employée par rapport à ces compétences.

Sektu, jeune femme sahraouie, a déjà travaillé pour une ONG norvégienne qui a pour mission le déminage des zones libérées. Elle est quadrilingue et connaît parfaitement les outils et procédures du HCR. Très intéressée par notre profil de poste, elle sera embauchée comme administratrice de ERM lors de notre mission de février 2020. Pour compléter l’équipe et sur recommandation du HCR, ERM embauche mi-mars 2020, un coordinateur de nationalité algérienne, Hicham Boumbali et un chauffeur-logisticien sahraoui en septembre. Cette équipe bénéficie d’un bureau à la base du HCR à Rabouni ainsi que d’une voiture, mise à disposition par le HCR pour ERM.

Depuis mars, la pandémie du Covid 19 perturbe le déroulement des formations. L’école de santé ferme dès fin mars et les étudiants sont renvoyés chez eux.

L’école devient dès avril, un centre de mise en quarantaine pour les sahraouis en provenance d’Alger et de Mauritanie. Sektu est chargée d’assurer la logistique permettant d’accueillir ces populations. Leur nombre varie de 70 à 140 en hébergement à l’école. Les professeurs infirmiers assurent le suivi médical et forment à la prévention. Une partie de l’équipe de travailleurs est également sur place comme les cuisiniers, chauffeurs et gardiens.

Notre équipe locale a donc permis cette prise en charge sur les fonds HCR et du Croissant Rouge Sahraoui.

La rentrée scolaire a eu lieu le 15 septembre. Les épreuves de fin d’études ont pu être réalisées en octobre pour 7 étudiants infirmiers et 7 étudiantes sages-femmes. L’équipe locale représentant aussi ERM sur l’aspect pédagogique, participe à la sélection des nouveaux étudiants, aux examens diplômants, aux réunions des professeurs, et assure une vigilance au respect du règlement intérieur. Cette équipe est très opérationnelle à tous les niveaux : création d’outils et de procédures, présence aux différents ateliers et réunions du HCR ; suivi du budget, logistique de l’école avec les achats, les distributions et les contrôles des stocks, l’évaluation des besoins des bénéficiaires.

 

Un nouveau directeur

En juillet 2020, le directeur quitte son poste pour rejoindre sa famille en Espagne. Mr Basiri Mustapha, employé au ministère de la santé, est nommé directeur de l’école. Une nouvelle dynamique se met en place et annonce de profonds changements. La confiance dans l’équipe locale, l’amélioration des conditions de travail et des conditions de vie, l’ouverture de l’école, un management participatif du nouveau directeur laissent présager un meilleur niveau de formation qui puisse répondre aux besoins de santé des populations sahraouies.

Les projets et leur mise en place.

Contact avec les spécialistes sahraouis et programmation de conférences à l’école (pédiatre, gastro-entérologue, gynécologue et autres), une enveloppe accordée par le HCR va permettre de les dédommager.

Renforcement des formations avec la présence chaque semaine de cours donnés par Jaïduma ou Nina sages-femmes pour les élèves sages-femmes et de Sidi Omar chargé du programme PISIS ( Programme de suivi des enfants de 0 à 5 ans).

Sidi Omar est un ancien professeur de l’école (8 ans) il apportera en plus de ses cours et selon ses disponibilités son aide aux professeurs ; il a été formé par Monique et souhaite qu’ERM reprenne son soutien au niveau pédagogique particulièrement la méthodologie. La majorité d’entre eux sont en difficulté, ERM depuis ces dernières années n’a pu remplir cette fonction.

Remise en application du règlement intérieur avec tout ce que cela implique, particulièrement le travail de révision chaque soir rendu obligatoire (oublié depuis des années).

Mise en place d’un comité de gestion composé de professeurs, de travailleurs et d’élèves.

 

« Une anecdote : depuis 20 ans nous n’avions pu obtenir au menu poulet/frites et bien c’est chose faite, comme quoi il ne faut jamais désespérer, cela a fait le bonheur de tout le monde »

Au cours des différents échanges avec nos partenaires sur place, il semble que tous souhaitent participer à la renaissance de cette institution et apporter au nouveau directeur toute l’aide qui lui sera nécessaire.

Françoise Bulteau (présidente) et Colette Blais (Trésorière)